Sandrine Blanchard et Olivier Zanetta
Article paru dans l'édition du journal "Le Monde" du 22.11.06.

Réactions dans le texte


Des "maisons" de naissance devraient enfin voir le jour courant 2007. Au ministère de la santé, la commission chargée d'élaborer le cahier des charges de ces nouvelles structures, gérées exclusivement par des sages-femmes, doit achever ses travaux d'ici à la fin de l'année.

Voilà près de huit ans que ces maisons, comme il en existe en Allemagne, aux Pays-Bas et au Québec, sont promises en France mais butent sur la réticence du pouvoir médical.
Dans ces pays les maisons de naissance ne sont pas attenantes aux structures médicalisées.
Dans ces pays, la physiologie prend sa place à part entière.
Ce qui existe dans ces pays n'a rien à voir avec ce qui se prépare en France.
Le seul mot "maison de naissance" fait rèver... On peut y mettre tout et n'importe quoi dans ce mot... Soyons surtout attentifs, en tant qu'usagers à vérifier ce qu'il y a derrière ce mot...


Dans ces structures, les futures mères - volontaires - dont la grossesse s'annonce sans problème particulier sont suivies avant, pendant et après la naissance par une sage-femme et mettent au monde leur enfant sans péridurale ni intervention médicale (césarienne, épisiotomie, forceps).
Dans notre société, il faut être très "volontaire" pour se faire respecter dans son corps et dans son histoire...
N'ayez crainte, braves gens, le pouvoir médical ne vous abandonne pas... Il vous fait croire qu'il vous autorise à grandir... mais seulement si vous êtes volontaires... Prenez vos responsabilités tout de même... Et si vous vous faites mal... Ne venez pas vous plaindre !!


Une petite dizaine de projets attendent le feu vert ministériel. Parmi eux, celui du centre hospitalier René Dubos de Pontoise (Val-d'Oise), où la maison a ouvert ses portes lundi 13 novembre au dernier étage du nouveau bâtiment "mère-enfant" et fonctionne pour l'heure a minima en attendant un agrément. "Nous souhaitons sortir d'une surmédicalisation où la grossesse est trop souvent considérée comme une pathologie", explique Isabelle Chevalier, sage-femme à l'origine du projet. "Certaines femmes se sentent un peu frustrées de leur accouchement à cause de la péridurale, elles ont parfois l'impression de ne pas avoir accouché, constate sa collègue Isabelle Georgel. Avec l'expérience, on s'aperçoit que, lorsque l'on respecte la nature, on a souvent de bons résultats."

Lors de la journée portes ouvertes, vendredi 10 novembre, certaines femmes enceintes n'ont pas caché leur impatience. "Je recherche une structure où l'on écoute un peu plus les mamans que dans les maternités classiques", explique Virgine Couespel, qui attend une petite fille pour début janvier.

TRANSFERT DES COMPÉTENCES

Le discours des sages-femmes sur les méfaits d'une surmédicalisation sonne juste chez les futures mamans : "Il y a une réalité anxiogène quand on est enceinte, explique Sybile Aubin, venue visiter la maison en famille. On est de plus en plus engagé dans des processus médicaux qui nous enlèvent la magie de la grossesse. Ici, la science est à notre côté, mais elle n'est pas omniprésente. Ce qui est mis en avant c'est l'humain, la tendresse et la chaleur." Cette future maman est aussi séduite par le concept familial : "On est à mi-chemin entre la maison et l'hôpital, les frères et soeurs peuvent venir dormir. Il n'y a pas de séparation avec la famille." Anticipant les exigences de sécurité du futur cahier des charges, la maison de naissance de Pontoise est attenante à un plateau technique : "Nous essayons de nous approcher au maximum de l'accouchement à domicile tout en gardant la sécurité d'un univers hospitalier. Si un problème survient, on aura la possibilité de descendre au bloc d'accouchement où l'équipe est prête à réagir dans les trois minutes", assure Isabelle Georgel.
Je serai curieuse de savoir à quel genre de problème ils s'attendent...
Je serai curieuse de savoir s'il leur arrive de se pencher sur l'origine des problèmes qu'ils croisent dans leur univers hospitalier...
Je serai curieuse de savoir s'il leur arrive d'aller voir comment ça se passait avant l'avènement de l'univers hospitalier...
Ils ne sont même pas allés voir comment ça se passe ailleurs !!


Le décret encadrant le fonctionnement de ces "maisons" devrait être publié au premier trimestre 2007. Ces structures qui reposent sur "un accompagnement global" de la femme enceinte et de son bébé seront aussi l'occasion de tester le transfert des compétences en confiant aux sages-femmes les grossesses physiologiques.
Je suis vraiment très heureuse d'apprendre que le ministère de la santé se voit disposé à confier ce poids lourd de la physiologie à celles qui en sont les gardiennes, et de tous temps !!
C'est dramatique de voir à quel point "le monde" tourne à l'envers !!

Au cabinet du ministre de la santé, on espère que "l'expérimentation des maisons de naissance incitera les services hospitaliers de gynécologie obstétrique à modifier leurs pratiques".
On peut toujours rèver !!